Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

55 articles avec conseil forme

Le coeur

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

Coeur-vélo

LE CŒUR AIME LE VELO

 

Pour éviter la prise de poids liée aux sucres et aux graisses du chocolat, rien de mieux que d’enfourcher son vélo. Le cardiologue danois Peter Schnohr a observé que les hommes qui font du vélo sont en meilleure santé cardiaque que les autres, surtout s’ils appuient fort sur les pédales: un effort soutenu permettrait de vivre 5,3 années de plus que les non cyclistes, tandis qu’un effort modéré n’allongerait la durée de vie que de 2,9 années. Injustice naturelle: l’effet du vélo sur la santé des femmes est moins important. Les pédaleuses ne vivraient que 2,2 à 3,9 années de plus que les autres. Dommage, car les maladies cardio-vasculaires s’accroissent dans la gent féminine. 

coeur 220

Publié dans Conseil forme

Partager cet article

Repost 0

LES BIENFAITS DU CYCLISME

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

 

Les bienfaits du cyclisme

Cycliste.jpg

LE CYCLISME PERMET UN EXCELLENT TRAVAIL CARDIO-VASCULAIRE

Rouler régulièrement à une allure modérée permet de faire travailler le cœur dans de bonnes conditions. Ce dernier gagne ainsi en puissance de contraction et travaille plus longtemps sans défaillance. Ce développement de l’endurance cardiaque entraîne une récupération plus rapide et une réduction sensible des risques cardio-vasculaires. D’après une étude publiée par le British Medical Journal en 2011, une demi-heure de vélo par jour, permet de diminuer par deux ce risque. Il est toutefois important de rouler à son rythme et de ne pas dépasser ses limites. Vous ne devez pas être essoufflé quand vous pédalez, sauf bien évidemment lors d'une montée longue et difficile, nécessitant un effort intense.

LE CYCLISME AIDE À MIEUX RESPIRER

En parlant de souffle, une activité régulière amène à une amélioration du volume pulmonaire et par conséquent à une amplification des capacités respiratoires. La respiration devient plus profonde, plus efficace et la résistance à l’effort augmente, conduisant à une évolution progressive des performances.

LE CYCLISME AMÉLIORE LA CIRCULATION SANGUINE

Le cyclisme est vivement conseillé aux personnes souffrant de problèmes circulatoires, le renforcement de l’endurance cardiaque née de l’activité cycliste engendrant une meilleure oxygénation/irrigation des muscles et des organes (notamment au niveau des jambes, très sollicitées). L'activité physique permet par ailleurs de brûler les mauvaises graisses et favorise l'entrée du glucose dans les cellules (diminution du sucre dans le sang et des besoins en insuline). En résulte une baisse significative du taux de cholestérol, ainsi qu’une diminution de l’hypertension artérielle et de la glycémie.

LE CYCLISME ACCOMPAGNE LA PERTE DE POIDS

Surtout, le cyclisme est une discipline tout particulièrement recommandée aux personnes souffrant de surpoids. En plus de faciliter et d’améliorer la digestion grâce à un massage très énergique des intestins (facteur décisif dans la perte de poids), il permet de faire du sport sans l’inconvénient majeur de ressentir ses kilos en trop. Les personnes en surcharge pondérale pratiqueront ainsi plus volontiers le vélo que la marche, tout comme les personnes âgées (au métabolisme fragile et à la recherche d’une activité physique peu traumatisante pour le corps).

LE CYCLISME PERMET DE DESSINER LES MUSCLES

Le cyclisme véhicule un certain nombre d’idées reçues, pourtant erronées. On a ainsi souvent reproché à cette discipline d’entraîner une courbure du dos du fait la position penchée que prennent les coureurs sur leur machine.  Or, cette position étant l’effet de l’action musculaire, elle n’incurve nullement la colonne vertébrale comme les inclinaisons passives prises par les écoliers. De même, certaines personnes sont persuadées que le vélo entraîne un développement excessif des muscles des jambes, notamment des mollets. Une affirmation totalement fantaisiste puisque le cyclisme n’est pas une discipline où le travail physique s’effectue en force et que pédaler permet justement de dessiner les muscles.

LE CYCLISME RENFORCE LES OS

Comme tout exercice physique régulier, faire du vélo est également bénéfique pour le maintien musculaire et osseux. Avec une pratique régulière la formation osseuse est stimulée et la solidité du squelette est renforcée, permettant de prévenir les risques d’ostéoporose (fragilité excessive du squelette due à une diminution de la masse osseuse et à l'altération de la micro-architecture osseuse). De surcroit, muscles et ligaments deviennent plus souples et plus puissants. D'après le British Medical Journal, la réduction du potentiel physique chez un cycliste “régulier” est ainsi inférieure à 5 % par décennie après 30 ans, alors qu’elle est supérieure à 10 % pour une personne sédentaire.

LE CYCLISME FAVORISE LA RELAXATION

Enfourcher son vélo permet aussi de diminuer la tension nerveuse et l’anxiété, à l’origine de la sensation de stress. L’activité physique entraîne en effet la production d’endorphines, (substances produites par certaines cellules du cerveau aux propriétés calmantes et euphorisantes), procurant ainsi une sensation de détente psychique et de bien-être. Enfin, le vélo constitue un excellent somnifère quand il est pratiqué à bon escient. Une sortie adaptée à ses capacités laissera une sensation de fatigue physique très agréable, facilitant ainsi un sommeil sain et réparateur.

LE CYClisme DÉVELOPPE LE SYSTÈME NEUROSENSORIEL

“La petite reine” joue un rôle fondamental dans le développement neurosensoriel. Grâce au contact avec l’environnement, le cycliste développe en effet son ouïe (spectre sonore varié), sa vue (champ visuel), son toucher (accélérations et décélérations non subies) et son odorat (respiration soutenue).

 

 

Publié dans Conseil forme

Partager cet article

Repost 0

Hydratation du sportif

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

Hydratation01.jpg

Publié dans Conseil forme

Partager cet article

Repost 0

Dopage du cerveau

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

cervelle.jpg

L’EXERCICE PHYSIQUE DOPE LE CERVEAU A TOUT AGE

 

Chez les seniors, le sport permet d'améliorer les capacités à changer de tâche, la concentration et la mémoire

Les individus toniques et musclés ont de meilleurs résultats aux différents tests d'évaluation cognitive.

Dans une société sédentaire, la pratique régulière de l'exercice physique plusieurs fois par semaine (cinq fois pendant trente minutes au moins) a démontré son efficacité pour réduire le risque de diabète, d'hypertension, d'obésité, d'attaques cardiaques et cérébrales…

Des chercheurs de l'université d'Otago, en Nouvelle-Zélande, viennent d'analyser toute la littérature scientifique internationale portant sur l'effet de l'exercice physique sur le cerveau. Leurs travaux révèlent que, quelle que soit la tranche d'âge, l'activité physique améliore la puissance du cerveau. En réduisant l'altération des artères cérébrales? En améliorant l'oxygénation de l'encéphale? Par le biais de molécules telles que les endorphines? Le mécanisme n'est pas clair, mais les faits sont là.

Y compris pour le cerveau des jeunes

Selon les chercheurs, les études menées sur les personnes âgées confirment que les individus toniques et musclés ont de meilleurs résultats pour différents tests d'évaluations cognitives: changement de tâche, concentration, mémoire. Par ailleurs, des interventions spécifiques basées sur des séances d'activité physique améliorent les compétences mentales globales des personnes âgées. De surcroît, il a été démontré que cette pratique physique régulière renforce de manière positive la réalisation de tâches nécessitant une implication mentale forte (attention, contrôle, rapidité), comme par exemple la conduite automobile, alors que l'âge élevé est considéré par certains comme un facteur limitant pour conduire.

Pour les plus jeunes, ces résultats ne sont pas forcément équivalents, sauf pour la mémoire, qui semble dopée par l'activité physique: le volume d'information mémorisée paraît plus important pour ceux qui sont les plus actifs et font du sport plusieurs fois par semaine.

 

Les auteurs estiment en conclusion que le fait de s'engager dans un exercice physique est à l'évidence un moyen simple d'optimiser ses fonctions cognitives. D'autres études sont nécessaires pour mesurer son impact chez les jeunes adultes et les enfants. Néanmoins les chercheurs considèrent que ces activités pourraient être bénéfiques y compris pour le cerveau des jeunes encore en cours de développement

Publié dans Conseil forme

Partager cet article

Repost 0

SANTE

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

SANTE

QUE VEUT DIRE « ETRE EN BONNE SANTE » ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la santé est un état complet de bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. Physiquement, être en bonne santé signifie donc que votre corps est prêt à répondre aux besoins de votre vie de tous les jours.

Pour être en bonne santé, deux axes sont importants : pratiquer une activité physique régulière et avoir une alimentation saine et équilibrée. Voilà pourquoi la FFBC vous donne les conseils utiles dans ces domaines. Retrouver les bases d’une alimentation saine dans la rubrique « alimentation » ainsi que tous les conseils utiles et plus avancés pour la pratique du vélo dans nos revues « Cyclo » et «vtt ».

POURQUOI FAIRE DU SPORT ?

Faire du sport permet de maintenir votre corps en parfaite santé. Actif ou active, vous êtes mieux préparé(e) pour répondre aux besoins physiques que requiert votre vie de tous les jours ; les activités en famille, les tâches ménagères, le travail, les loisirs…

COMMENT FAIRE ?

 

L’Organisation Mondiale de la Santé préconise de pratiquer au minimum chaque jour 30 minutes d’activité physique d’intensité modérée, et deux à trois fois par semaine une activité plus intense telle que le vélo. Pour les enfants en pleine croissance et les adolescents en-dessous de l’âge adulte, la durée de ces activités doit être doublée. Une séance modérée se traduit par la pratique d’une activité qui accélère le rythme cardiaque et amène parfois une légère transpiration. Pour mieux comprendre les besoins, voici la pyramide des activités physiques à laquelle il est bon de penser :

Pyramide.jpg

ROULER A VELO APPORTE TOUS LES BIENFAITS DU SPORT !

LE VELO…

 

  • Diminue les risques de maladies du métabolisme telles que les maladies cardiovasculaires car sa pratique permet de muscler votre cœur de manière douce et améliore la circulation sanguine de tout votre corps,
  • Diminue les douleurs dorsales car une bonne position sur le vélo permet de relâcher les tensions de la colonne vertébrale et de retendre le dos correctement,
  • Fait disparaître l’obésité et les risques de diabète de type 2 par des exercices longs et de faible intensité,
  • Ralentit l’apparition de l’ostéoporose car les os sont renforcés par la tension musculaire exercée sur les jambes et le reste du corps,
  • Augmente vos capacités physiques afin de répondre aisément aux besoins et aux mouvements que requiert la vie de tous les jours,
  • Diminue le risque de tomber malade car votre corps se porte mieux,
  • Augmente la confiance en soi, aussi bien dans ses capacités physiques que pour les défis autrement sportifs de votre vie privée et professionnelle,
    • Vous pousse à prendre conscience de votre corps, à mieux l’écouter, à mieux vous occuper de vous pour un facteur santé nettement amélioré,
    • Améliore l’attention et la concentration car il vous libère de vos tensions physiques,
    • Vous permet de gérer le stress d’une meilleure manière par la libération des tensions mentales que procure sa pratique (lors d’une ballade, vous vous libérez l’esprit),
    • Vous apporte l’équilibre : équilibre alimentaire entre vos apports alimentaires et vos dépenses en calories mais aussi équilibre entre le corps et l’esprit : « un esprit sain dans un corps sain »,
    • Rend les pratiquants plus sociables ; libéré(e) de vos tensions, vous adoptez plus facilement le sourire, une humeur positive et l’incitation à aller vers les autres,
    • Enfin, vous permet de mieux dormir car la fatigue physique vous plonge dans un sommeil plus rapide et plus profond.

    DU SPORT, OUI. MAIS DU REPOS AUSSI !

    Il est important pour le corps de bien récupérer en se reposant. Ces séances de repos sont souvent trop nombreuses dans nos modes de vie. Il s’agit par exemples de regarder la télévision, surfer sur internet, travailler à l’ordinateur, jouer à des jeux vidéo, etc. Toutefois, ces occupations ne doivent pas tourner à l’excès.

    PREVENTION

    Les activités bonus sont parfaites pour booster votre corps et améliorer votre santé. Cependant, veillez à ne pas dépasser vos limites. Débutant(e)s, allez-y progressivement. Confirmé(e)s, écoutez votre corps.

Publié dans Conseil forme

Partager cet article

Repost 0

MAIGREUR DES CYCLISTES

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

CYCLISME:

Le peloton mondial est-il vraiment plus maigre que jamais?

Maigreur

Le coureur belge Tom Boonen, le 2 mars 2014, sur Kurne-Bruxelles-Kurne. DIRK WAEM / BELGA / AFP

 

CYCLISME - LE PROFIL PARFOIS RACHITIQUE DE CERTAINS COUREURS 

                INTERPELLE...

 

«Je fais exactement le même poids que quand j’étais coureur». Même à la retraite, David Moncoutié fait figure d’exception. Rangé du peloton depuis deux ans, l’ancien grimpeur de la Cofidis n’a pas pris un gramme: «je n’ai jamais fait de sacrifice sur l’alimentation, je ne m’interdisais pas un petit biscuit. Mais c’est clair, je ne représente pas la majorité», assure le consultant d’Eurosport.

De tout temps, la course au poids a été une préoccupation majeure des cyclistes. Grimper un col avec un début de bidon, «c’est comme si on le montait avec un sac à dos de deux ou trois kilos, on le sent de suite», confirme Moncoutié. Mais de nos jours, même les costauds qui chassent les classiques comme le solide Tom Boonen sont devenus d’une maigreur redoutable. Le Belge aurait fait descendre son taux de masse graisseuse officiellement à 7 %, officieusement à 5 % selon Le Matin, un chiffre «comparable à celui d’un malade du sida en fin de vie».

«Certains sont dans l’excès, avec des régimes draconiens»

Alors que l’indice de masse corporelle (IMC) est considéré comme «normal» pour un homme non-sportif entre 15 % et 20 %, Boonen n’est pas le seul dont le corps rachitique fait tiquer. Même si l’impression visuelle sur quelques photos n’a pas valeur d’étude scientifique globale, «certains sont dans l’excès, avec des régimes draconiens», confirme Moncoutié.

Fred Grappe, le coach performance de l’équipe FDJ, connaît bien le problème. «Il y a des athlètes, je le sais, qui sont dans cette course-là. Ils sont obnubilés par leur poids et ils font des conneries. Si vous êtes trop maigre, ça peut être dangereux, l’équilibre immunitaire ne marche plus bien. Alors ça marche un petit moment, mais les mois qui suivent peuvent être très difficiles, voire l’année qui va suivre.»

«Les gens étaient beaucoup plus affûtés dans les années Bernard Hinault»

Le risque, c’est «le copier-coller: celui qui y arrive est considéré comme le meilleur. Mais on ne peut pas s’approprier le modèle de quelqu’un. Chacun doit trouver son rapport idéal, celui avec lequel on est performant», reprend Grappe. Sans compter l’effet trompeur des chiffres: la mesure de l’IMC, dites des plis cutanés, offre une marge d’erreur de 2 % selon l’identité du technicien et la formule adoptée. La méthode de référence, l’impédancemétrie, se fait en hôpital et est très coûteuse.

 

Malgré tout, le peloton ne serait pas victime d’une espèce d’épidémie d’anorexie. C’est même le plus souvent l’inverse. «Les gens étaient beaucoup plus affûtés dans les années Bernard Hinault, assure Fred Grappe. On avait moins d’athlètes un peu grassouillets, parce que la manière de s’alimenter n’a pas évolué dans le bon sens.» A la FDJ, comme ailleurs, c’est surtout la prise de poids qui pose problème, au point «qu’on a parfois recours à des cours de cuisine pour éduquer les coureurs», explique Fred Grappe. On doute tout de même que la recette de la tartiflette soit au programme.

Publié dans Conseil forme

Partager cet article

Repost 0

LE SEUIL

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

LE SEUIL, L'INTENSITE DES SPORTS D'ENDURANCE

Il s’agit là d’une intensité clef de la performance dans les sports d’endurance. Par analogie automobile, le seuil pourrait être comparé à la zone rouge d’un compte-tours. Votre organisme commence à chauffer, l’acide lactique s’élève dans l’organisme.

GroupeVSPC

En cyclisme comme en course à pied ou en natation, le seuil est une intensité clef de la performance.

Le seuil qu’est-ce que c’est ? C’est l’intensité à partir de laquelle le carburant de l’effort, le glycogène (sucre), est brûlé de façon incomplète. Cette combustion incomplète du sucre produit de l’acide lactique qui s’élève insidieusement dans le sang, l’organisme en produisant plus qu’il ne peut en recycler. Cette intensité charnière se retrouve fréquemment sous les termes de résistance douce, endurance critique, maintien du seuil.

Quels sont les intérêts de cette intensité pour la santé ? Ils sont très discutables. L’équilibre entre les risques et les bénéfices est parfois précaire. Les études montrent même qu’à partir de 80 % de la fréquence cardiaque de réserve, les risques de mort subite s’accroissent.

Quels sont les intérêts pour la performance ? Pour les sportifs entraînés, évoluer au seuil permet d’améliorer sa tolérance mais aussi de repousser son apparition. Les sportifs de haut niveau disposent d’un seuil élevé et peuvent le maintenir longtemps : certains spécialistes affirment que les semi-marathons bouclés en une heure le sont pratiquement à cette intensité. Chez les personnes peu entraînées, les séances au seuil augmentent également la VO2 max (la consommation maximum d’oxygène).

Il s’agit de l’intensité d’entraînement la plus rentable. S’il existe un « entraînement-performance » à privilégier, c’est celui-là ! En revanche il ne sert à rien de reproduire trois séances au seuil dans la semaine. Pour progresser, il est nécessaire de diversifier !

Comment reconnaître cette intensité ? L’essoufflement vous guette ; vous pouvez encore parler, mais vos phrases sont basiques et ne dépassent pas 6 à 8 mots. Sur le plan musculaire, les cuisses sont un peu tièdes sur le vélo… L’allure adoptée se trouve légèrement

supérieure à l’aisance articulaire et psychomotrice, mais n’engendre jamais de douleurs articulaires. Si l’effort est difficile, cette intensité fournit un bon équilibre entre la pénibilité et une sensation d’effort grisante.

Fréquence cardiaque. Le seuil se définit en fonction de la VO2 max (la consommation maximum d’oxygène) : il se situe autour de 70 % à 80 % de la fréquence cardiaque de réserve pour un sportif moyen, de 90 % pour un sportif de haut niveau et de seulement 65 % pour un sédentaire.

Comment progresser ? Pour améliorer votre tolérance au seuil d’accumulation lactique, il faut effectuer des séances à ce seuil ou juste en dessous. Cette intensité se maintient de façon continue, de 30 minutes à 1 heure pour les sportifs de haut niveau, échauffement et retour au calme inclus. En augmentant progressivement la durée, vous progresserez très certainement. Il est également possible de répartir la séance en deux blocs.

 

 

Publié dans Conseil forme

Partager cet article

Repost 0

La coupure annuelle

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

Vélos repos

 

La coupure annuelle

Dans une saison cycliste il y a 4 grandes périodes, celle qui fait le lien entre deux saisons s’appelle la coupure annuelle ou pour d’autres hivernales. Elle est à la fois importante et souvent attendue après une longue saison d’entraînement et de compétitions.

Qu’est  ce qu’on entend par coupure ?

C’est une période où on coupe toutes les activités physiques, c’est à dire qu’on ne fait plus du tout de sport !
Pour d’autres cela peut être l’arrêt de l’activité principale mais en pratiquant d’autres sports en « loisir » sans but précis.

Quand faire sa coupure ?

En général la coupure intervient quand il n’y a plus d’objectif ou de compétition en vue. Le début de l’automne (courant Octobre) est en général propice puisque l’activité de cyclisme sur route est quasi inexistante (plus de course sur route toutes fédérations confondues ainsi que les cyclo-sportives). A moins d’avoir un autre défi sportif, cela reste en général le moment idéal pour la faire.

Quel est le but de la coupure ?

Le but principal de la coupure annuelle est avant tout de RÉCUPÉRER, DÉCOMPRESSER, DÉSATURER, tant au niveau physique (physiologique) que mentale (psychisme).

Physiquement :
Ne plus solliciter son organisme va lui permettre de désaturer de toutes les toxines engendrés par la fatigue qui s’est accumulée durant toute la saison. C’est aussi permettre à l’organisme la réparation des micros-traumatismes musculaire ou ligamentaire en laissant le corps au repos.

Mentalement :
Le sport en compétition impose un entraînement régulier dans des conditions parfois difficiles : chaleur, froid, pluie, de soutenir ses efforts afin de ne pas régresser, subir le stress pendant l’entraînement et lors des compétitions , tous cela amènent obligatoirement à une saturation mentale. Forcément il y a un moment où on a plus envie de s’imposer toutes ses sollicitations et notre motivation n’est plus du tout au rendez-vous, d’où cette envie soudaine de vouloir « couper » « arrêter » son activité.

Combien de temps ?

C’est la grande question que se pose tout le monde….

Je dirais qu’elle doit être comprise entre 10 jours et 1 mois suivant le profil du sportif et de son activité.
Plus on est un sportif de haut niveau plus la coupure devra être courte mais suffisante, afin de bien récupérer physiquement et plus particulièrement au niveau psychique du fait des contraintes imposés. Le problème est bien là il faut trouver le bon compromis pour limiter la baisse trop importante de ses capacités physiques tout en ayant suffisamment décompressé au niveau mentale pour retrouver toute la motivation nécessaire.

Un mois de coupure totale sans aucune activité physique, on peut estimer redémarrer pratiquement de zéro plus particulièrement pour les débutants. Cela dit pour un sportif qui a accumulé plusieurs saisons avec peu de coupure cela peut être salvateur de faire une grande coupure. Ce n’est pas rare de voir des sportifs suite à une blessure s’arrêter plus d’un mois et revenir plus fort qu’il ne l’était auparavant. Cela se fera forcément par une préparation plus longue et progressive puisqu’on part d’un niveau inférieur.

Pour un sportif dit « loisir » qui n’a pas spécialement d’objectifs à court terme, la coupure pourra se prolonger sur un mois tout en pratiquant d’autres sports, cela limitera certainement une prise de poids excessive. Elle peut être très courte aussi dû à de l’inactivité.

Une fois encore le mental joue un rôle primordial si on n’a pas suffisamment décompressé dans sa tête et qu’on s’oblige à reprendre l’entraînement, on risque de le payer rapidement en perdant de sa motivation pour ne pas s’être ressourcer suffisamment longtemps.

Inversement quand on s’arrête trop longtemps sans activité physique on perd un peu de son dynamisme et on peut avoir tendance à vouloir reculer le moment venu de reprendre son activité, donc attention à une coupure trop longue !

 

Conclusion

 

A chacun de trouver le bon timing pour faire sa coupure annuelle, cela dépend avant tout du déroulement de sa saison, ce qu’elle a généré comme fatigue physique ou psychique. A partir de là, il suffit de couper le temps nécessaire c’est à dire ni trop peu ni trop longtemps pour repartir comme neuf physiquement et mentalement pour abord

Pieds_Eventail.jpg

Publié dans Conseil forme

Partager cet article

Repost 0

FREQUENCES CARDIAQUES

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

TECHNIQUE: DEFINITION DES FREQUENCES CARDIAQUES D'ENTRAINEMENT SELON KARVONEN

Coeur-puls.jpg

Pour déterminer les fréquences cardiaques d’entrainement, la première étape consiste à déterminer la fréquence cardiaque maximale (FC max). Cette donnée n’est pas affectée par l’entraînement. Le cœur d’un sportif ne grimpe pas plus haut que celui d’un sédentaire. En revanche, elle diminue progressivement avec l’âge.  FC max= 220 – l’âge +/- 10 pulsations

A l’échelle d’une personne, on peut avoir des résultats très différents. Certains quadragénaires atteignent encore les 200 pulsations alors que des jeunes adultes n’y arrivent pas. Les femmes possèdent également des cœurs légèrement plus rapides que les hommes. La valeur obtenue par le calcul se révèle généralement supérieure à la valeur réelle mesurée sur le terrain lors d’un test d’effort. 

 

L’étape suivante consiste à relever sa fréquence cardiaque de repos (FCR), Pour cela, il vaut mieux s’y prendre le matin, juste après le réveil, dans un état de relâchement complet. Enfin, on obtient la fréquence cardiaque de réserve en effectuant la soustraction de la fréquence cardiaque de repos à la fréquence cardiaque maximale. (Fréquence cardiaque de réserve = FC max – FCR) 

C’est cette fréquence cardiaque de réserve qui doit être prise en référence pour exprimer une intensité d’effort  Lorsqu’on conseille, par exemple d’effectuer une séance à 80% du maximum, l’erreur que tout le monde commet consiste à calculer 80% de sa FC max. Imaginons la situation d’un sportif dont la FC max serait de 195. Il choisira une intensité d’effort pour caler son rythme cardiaque sur 156 (80% de 195 = 156). En réalité, il aurait dû estimer l’intensité de son effort sur la base de sa fréquence cardiaque de réserve. Pour cela, il doit réaliser les opérations suivantes: 

Mesurer sa fréquence cardiaque maximale: 

par exemple 195 

Mesurer sa fréquence cardiaque de repos: 

par exemple 55 

Calculer la fréquence cardiaque de réserve: 

195-55 = 140 

Multiplier ce nombre par le pourcentage de son maximum: 

140 x 80% = 112 

Ajouter enfin la fréquence cardiaque de repos: 

112+55=167 

 

C’est donc à cette valeur (167 plutôt que 156) que l’athlète aurait dû s’entraîner. Cela fait donc une différence de onze battements ! Sur le terrain, cela représente une sacrée différence ! 

Publié dans Conseil forme

Partager cet article

Repost 0

MOULINER C'EST LA SANTE

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

Mouliner

Souris

Publié dans Conseil forme

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 > >>