Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Trophée de l'Ouest

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

la cyclo morbihan 2013 plouay

Classement final après les 10 épreuves du Trophée de l'Ouest 2013

 

1 BERTHOU Patrick C 576

2 VALLADE Eric C 536

3 MAUDET Bernard C 520 

4 BRETONNEAU PATRICK C 436

5 ROCHE Jean louis C 342 

6 BONNIN Dominique C 268

7 PRIOUL Pascal C 264 

8 CHEVROT BERNARD C 238

9 BURROUGH CHRISTOPHER C 222  

10 PORCHERON PATRICE C 212 


Notre adhérent Jean-Louis Roche termine honorablement à la 5 ème place après toutes les malchances dont il fut victimes.


Trophee2013.jpg

Vainqueurs des différentes catégories

Partager cet article

Repost 0

Douleurs cervicales

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

 LES DOULEURS CERVICALES CHEZ

 LE CYCLISTE !

Cervicales.jpg

conditionnent des tensions musculaires.

 

Si on ajoute le froid et la lutte contre le vent, des contractures s'installent par un travail supplémentaire des membres supérieurs. Il suffirait d'actionner les épaules et de détendre les bras au maximum pour les éviter.
Une position inadéquate sur la machine et une immobilité prolongée

Quelques trucs.

Pour détendre les muscles : il suffit de hausser les épaules puis de les relâcher complètement ; on "roule" ces dernières tantôt dans un sens, tantôt dans l'autre, plusieurs fois.
L'étirement de la nuque par auto-grandissement : on allonge le cou en rentrant le menton et en descendant les épaules.
Les étirements des épaules se fait par une mise en tension des muscles reliant les épaules aux cervicales et aux omoplates.
Tonification musculaire : les muscles "profonds" qui protègent la colonne vertébrale et corrigent la courbure peuvent être sollicités en plaçant un sac de sable (2kg) sur le haut du crâne. Ce faisant, l'entraînement est d'essayer de marcher en se "grandissant" puis en fermant les yeux et en restant.....sur un pied.
Quant aux trapèzes, les bras croisés et serrés dans le dos, on descend la tête vers une épaule une dizaine de secondes. Cela cinq fois de chaque côté.
Si on opte pour l'électrostimulation, il suffit de choisir un programme d'endorphinique ou décontracturant en plaçant les électrodes sur les trapèzes.

 

 

Partager cet article

Repost 0

La Lozère

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

DSCN0069.JPG

Jean a trouvé un petit coin de France tranquille avec des routes ne manquant pas d’intérêt pour les grimpeurs et des points de vue superbes.

Pour ceux qui aiment les gorges profondes, les reliefs intéressants faites un saut en Lozère vous ne le regretterez pas.

 

Merci pour les photos.

Appareil photo

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost 0

Circuit des enclos paroissiaux

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

Circuit des Enclos 146 km dénivelée 1800 m.

 

Aucun fléchage.

 

Braquet conseillé 39x25.

enclos 8

Cliquez sur les petites photos pour les agrandir.

Descriptif : Départ de l’enclos paroissial d’Argol 29560 Argol-copie-1direction Dinéault, à dinéault prendre direction Chateaulin gare, à Chateaulin franchir le pont sur l’Aulne, tourner à gauche puis prendre sur votre droite la direction Pleyben Rennes, après avoir passé le deuxième rond point prendre sur votre gauche la direction Le Cloitre-Pleyben  D48 au carrefour Croaz Nu tourner à droite direction Pleyben, dans Pleyben contourner l’enclos paroissial Pleybensur votre gauche direction Brasparts, à Pont Keryau tourner à droite D14 jusqu’à Lannédern (Enclos paroissialLannedern puis Loqueffret (Enclos paroissial)Loqueffret à la sortie de Loqueffret la D36 direction Brennilis , traverser Brennilis  sur D36 et à l’intersection Croas an Herry tourner à gauche D764 jusqu’à l’embranchement direction col du Roc Trédudon D36, à l’intersection avec la D785 à droite direction Plonéour-Ménez, jusqu’au feu tricolore tourner à gauche D111 (Enclos paroissial )Plounéour-ménez de Plonéour-Ménez  à la sortie du village tourner à gauche direction  Commana, après l’enclos paroissial Commanade Commana tourner à droite D11 route de  Landivisiau jusqu’à la D31 sur la droite direction Guimiliau, dans Guimiliau tourner à gauche rue du calvaire fléchée circuit des enclos, passage devant l’enclos paroissial Guimiliau continuer tout droit direction Lampaul-Guilmiliau, après l’enclos paroissial Lampaul-Guimiliauprendre direction Landivisiau jusqu’au rond point sur la D67, direction Sizun jusqu’au Pontic, tourner à gauche direction Locmélar D30A, enclos paroissial Locmélarde Locmélar D30A direction Sizun, l’enclos paroissial Sizunde Sizun puis D18A direction St-Cadou jusqu’au rond-point prendre D30 direction St-Cadou, à l’entrée de St-Cadou tourner à droite direction St Eloy  D130, pendant 1,6 km tourner à gauche direction Lopérec D342, passage devant le parc du Ménez Meur altitude 306 mètres, puis après 1,7 km tourner à droite direction Rumengol D42, route dans la forêt du Cranou, au bas de la côte prendre la route sur votre gauche direction Quimerc’h D42A jusqu’à la D21 à droite direction Quimerc’h jusqu’au rond-point de Ty Jopic direction Rosnoën  C5, traverser Rosnoën direction Pont de Térénez D47, franchissement du Pont de Térénez D971 pendant 3,2 km  jusqu’à Pen ar Prat, tourner à gauche direction Argol, à 2,6 km arriver à l’enclos d’Argol.

enclos 6


 

Vous trouverez l'historique des villages en clicquant sur leur nom ci-dessous.

Argol - Pleyben - Lannédern - Loqueffret - Plounéour-Ménez - Commana -

GuimiliauLampaul-Guimiliau - Locmélar - Sizun

 

Publié dans Archives circuits

Partager cet article

Repost 0

Fiche circuit des collines

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

Cyclotouriste

Une nouvelle fiche de circuit cyclo vient d'être éditée.

Circuit des collines

Pour la consulter allez dans les "Circuits permanents"

 


Publié dans Archives circuits

Partager cet article

Repost 0

Optimiser sa puissance

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

sports-cyclisme-00019.gif

OPTIMISER  SA PUISSANCE

En cyclisme, la puissance est l'une des clés de la performance. Pour l'optimiser, il ne suffit pas d'aligner les kilomètres. La puissance se travaille, et pour l'améliorer, il faut souvent d'aller contre sa nature !

Avant toute chose, un peu de vocabulaire pour bien préciser quelques notions que beaucoup confondent. La force est la capacité à emmener un gros braquet sans se préoccuper de sa fréquence de pédalage. La vélocité est la capacité de tourner les jambes le plus vite possible en emmenant au contraire un petit braquet. La puissance est le rapport entre force et vélocité. Pour optimiser sa puissance, il faut donc travailler la force... et la vélocité. L'idéal étant d'allier les deux, c'est-à-dire de faire preuve d'une grande puissance !

LES BIENFAITS DU FRACTIONNE

Le cycliste qui a tendance à tourner les jambes vite (« mouliner ») doit se faire violence pour développer sa force. Le bénéfice qu'il en tire n'en est que plus important ! Pour optimiser sa capacité à pédaler en force, on pourrait penser qu'il « suffit » de tirer un braquet beaucoup plus gros que d'habitude tout au long de sa sortie. Attention aux idées reçues : le résultat de cette technique n’en sera que contraire à celui recherché : le cycliste s'épuise rapidement, il ne parvient plus à « faire monter le cœur » et le bénéfice de l'exercice sera médiocre. Le conseil, c'est de faire du fractionné (« interval training »). Pour varier les plaisirs et éviter la monotonie d'exercices répétitifs, le cycliste peut par exemple monter des bosses de 3 ou 4 kilomètres au pourcentage moyen (entre 3 % et 5 %) sur un gros braquet (par exemple 52 X 15, à adapter en fonction de ses sensations, il ne faut pas non plus avoir l'impression de « s'arracher » à chaque coup de pédale).

PLAGES DE RECUPERATION

Sur une partie de la sortie, on peut  donc organiser quelques séances de fractionné. Par exemple, 3 minutes sur un gros braquet en pédalant le plus vite possible et ensuite 1 minute de récupération ; exercice à répéter 8 fois, ce qui fait une bonne demi-heure d'exercice. Une petite séance sympathique à effectuer à 3 reprises dans sa  sortie.  Entre ces séances de fractionné et les bosses montées en force, il faut bien sûr s'octroyer de bonnes plages de récupération. Il n'est pas recommandé de travailler sa force pendant la traditionnelle période de « coupure », c'est-à-dire entre octobre et janvier. Pendant cette période, il est plutôt conseillé de privilégier la vélocité.

VITESSE DE JAMBES

Travailler sa vélocité, c'est l'inverse de l'optimisation de la force. L'idée est de choisir un braquet plus petit qu'à l'accoutumée pour travailler sa vitesse de jambes, dans les bosses et sur le plat. C'est souvent en hiver que ce genre d'exercice est recommandé. En début de saison, on peut inclure des séances de vélocité dans une longue sortie. Cela paraît simple comme mais demande pourtant des efforts. Pour que l'exercice soit efficace il ne faut pas tenter de tourner systématiquement les jambes le plus vite mais simplement d'augmenter sa fréquence de pédalage.

PEDALER « ROND »

Améliorer sa technique de pédalage n'est pas chose évidente. Chacun a sa façon de pédaler, inutile d'aller contre sa nature tout au long de la saison. Il est quand même bénéfique de s'astreindre à « pédaler rond » : bien penser à remonter son pied à chaque coup de pédale, se concentrer sur son mouvement de cheville qui doit être ample et souple et sur son geste en évitant le pédalage saccadé. Pour améliorer leur pédalage, certains cyclistes sont adeptes des plateaux ovales qui suppriment le point mort à chaque tour de pédale, permettant ainsi un pédalage plus fluide et plus efficace.

CADRE NERVEUX OU RIGIDE

Le choix de son matériel a forcément une influence sur la façon de pédaler. Sur un vélo rigide, le cycliste ne peut pas compter sur l'effet « élastique ». Il doit alors pédaler plus souple sous peine de s'épuiser.

En revanche, sur un cadre nerveux (plus souple), les erreurs de braquets sont plus facilement pardonnées : on peut se permettre de tirer plus gros, le cadre renvoyant une partie de l'énergie dans les relances, ce petit « coup de fouet » évite de rester planté même quand le cycliste est moins fringant. Il est logique de recommander un cadre rigide à un cycliste qui pédale en force et un cadre nerveux à celui qui pédale en souplesse.

ROUES A JANTES HAUTES OU BASSES ?

Le choix des roues permet d’accentuer ou d'atténuer le caractère exigeant d'un cadre rigide. Des jantes hautes carbone transformeront le vélo en « bout de bois » : dans ce cas, il vaut mieux  avoir de véritables « jambes de feu », sous peine de sévères déconvenues. Des jantes en aluminium ou même des jantes basses carbone sont recommandées pour les longues sorties, surtout si elles réclament beaucoup de changements de rythme (parcours vallonnés par exemple).

Il ne faut pas non plus de roues trop souples sur un cadre rigide, ce serait perdre le bénéfice de ce type de cadres de « pros » ! À l’inverse, des roues rigides à jantes hautes sur un cadre rigide ou nerveux sont recommandées sur des parcours plutôt plats où la vitesse sera élevée. Quel que soit le cadre, il est recommandé d'avoir deux paires de roues : une paire carbone à jantes hautes par exemple (parcours plats ou légèrement vallonnés, sans trop de vent) et une paire à jantes basses (alu ou carbone) ou semi-hautes (carbone) pour les parcours bien vallonnés ou montagneux.

 

Publié dans Technique du cycliste

Partager cet article

Repost 0

Etude sur la durée de vie et le sport de haut niveau

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

Longue vie aux cyclistes

 Sandy-Casar.jpg

A bientôt 35 ans, Sandy Casar est l'un des doyens du peloton français

 

Une étude scientifique vient battre en brèche l’idée répandue selon laquelle la durée de vie des cyclistes serait menacée par la pratique à haut niveau. C’est même le contraire : les coureurs professionnels français vivent six ans de plus en moyenne que la population générale.

 

Voilà qui remet en cause bien des idées reçues au sujet d’une discipline vouée aux gémonies pour ses pratiques douteuses autour notamment du dopage. Et alors que les exemples de décès prématurés d’anciens champions (Marco Pantani, Tom Simpson, Laurent Fignon…) confortent dans l’idée que les membres du peloton, soumis aux risques à long terme de la pratique à haut niveau (traumatisme ou dopage), ont peu de chances de faire de beaux vieillards, une étude menée par l’Inserm (Institut de recherches biomédicales et d’épidémiologie du sport) et l’Université Paris-Descartes, présentée ce mardi, à Amsterdam, au congrès de la Société européenne de cardiologie, met en évidence le fait que les cyclistes français vivent en moyenne 6,3 ans de plus que la population générale masculine.

 

Les chercheurs ont étudié la durée de vie de tous les cyclistes français (786) engagés sur le Tour de France depuis la fin de la seconde guerre mondiale (1947, première édition après le conflit) et les chiffres révélés sur la période (1947-2012) vont ainsi à contre-courant : la mortalité par cancer est chez eux inférieure de 44 %, celle de cause respiratoire réduite de 72 % et cardio-vasculaire de 33 %.

 

"Probablement de très bons gènes"

 

Pour Jean-François Toussaint, le directeur de l’Institut de recherche médicale sur le sport, s’exprimant au micro de France Inter, "c’est tout à fait à l’inverse de ce que l’on a pu lire, y compris dans les dernières semaines, à l’occasion du dernier Tour de France. On retrouve dans ce groupe des gens qui ont des prédispositions, donc très probablement de très bons gènes, qui vont les entraîner, maintenir cette qualité-là et ensuite avoir une hygiène de vie tout à fait excellente en continuant la pratique du sport au sens de l’activité physique et en général en fumant très peu."

 

 

S’il ne relève "aucune différence de mortalité" due au dopage, le scientifique reconnaît toutefois dans les colonnes du Monde un manque de recul sur la période plus récente, notamment depuis l’arrivée de l’EPO dans le peloton. "Pour l'instant, il n'y a pas d'impact mesurable" sur la dernière génération d'athlètes, conclut M. Toussaint, "d'où la nécessité de poursuivre l'étude". Une étude plus large actuellement en cours afin de comparer ces résultats aux autres nationalités et de déterminer si ces résultats se vérifient, comme c’est déjà le cas pour les rameurs britanniques et les skieurs de fond finlandais, chez tous les sportifs de haut niveau

Partager cet article

Repost 0

Promenade de santé

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

Mont-Ventoux.jpg

Le couple David, Michèle et José adhérents du club profitent pleinement de leur retraite et de la meilleure façon pour leur santé. Après de nombreuses sorties, d’un très beau raid  « Crozon -La Ville aux dames-Crozon » en juin, ils ont décidé de prendre de la hauteur et sont allés escalader le géant de Provence le Mont Ventoux, 21 km à 7,5 % de moyenne.

Félicitations à nos deux courageux et surtout à Michèle qui a malgré l’abandon de certains; persisté dans l’effort jusqu’au but qu’elle s’était fixé le sommet.

Ventoux02.jpg

 

Publié dans Activités club

Partager cet article

Repost 0

Sorties du Mardi et du Jeudi

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

rev_003.gif

Les horaires des sorties en semaine, les mardi et jeudi reviennent comme avant l'été

Rendez vous à TAL AR GROAS à 14h00. 

 

Venez nombreux pour constituer au moins 2 groupes.

  Le secrétaire: Michel

Publié dans Activités club

Partager cet article

Repost 0

Trophée de l'Ouest

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

Trophée de l'Ouest

 

 Jean-Louis participant à ce trophée a couru vendredi 30 Août à Plouay sur la distance de 161 Km il termine à la 16 ème place de sa catégorie et retrouve la deuxième place du classement général provisoire. Il terminera sa participation par la « Vél’Automne » à La Roche sur Yon le 21 Septembre, dernière manche du trophée.

la-cyclo-morbihan-2013-plouay.jpg

 

 Jean-Louis en discution avec le leader de sa catégorie à Plouay avant le départ.

Publié dans Activités club

Partager cet article

Repost 0