Paris Brest Paris 2015

Publié le par Velo Presqu'île de Crozon

Paris Brest Paris 2015

Faisons plus ample connaissance avec nos amis

Marie-Claude et Michel

Paris Brest Paris 2015

Interview de Michel et de Marie-Claude

PARIS – BREST – PARIS 2015

Michel HERVE

1 – Peux-tu nous parler de toi en quelques mots ?

Bien difficile, même si cela peut paraître prétentieux, mais les personnes qui me connaissent comprendront le sens de cette réponse…

Plus sérieusement, j’ai 56 ans, je suis marié avec Marie-Claude, adhérente au club également, j’ai deux garçons, Manuel, 28 ans qui vit à Paris et Jean-Lou, 24 ans qui vit à Nantes ainsi qu’un chien Sylver, 14 ans, labrador sable que certains au club connaissent bien… Autrement, je suis professeur de mathématiques et de sciences-physiques au lycée professionnel Charles Tillon de Rennes.

Pour la partie sportive, jeune, j’ai fait du foot car c’est ce qui se faisait le plus facilement. J’aurai aimé faire du judo mais c’était plus compliqué car il n’y avait pas forcément de clubs à deux pas de chez soi comme maintenant. Ensuite, du jour au lendemain, je me suis mis au vélo de compétition à 16 ans et j’ai fait mes armes laborieusement jusqu’en 1984 en tant que « petit coureur » sans jamais exceller…

J’ai eu ensuite une période voile et planche à voile grâce à Marie-Claude, période que j’ai appréciée car en symbiose avec la nature et une forme de liberté, période dont je suis un peu nostalgique aujourd’hui et que j’aspire à retrouver maintenant.

Après la construction de notre maison et notre installation à Vezin le Coquet, j’ai repris le vélo en 1994 au HAC Cyclos de L’Hermitage, près de Rennes, et la qualité du club m’a poussé à retrouver un niveau un peu compétitif mais cela m’a pris environ 2-3 années tout de même…

En 1999, je me suis mis à la longue distance et  j’ai donc découvert et effectué mon premier Paris-Brest-Paris et ce fut en quelque sorte une révélation car, même à 40 ans, on se découvre encore soi-même… Puis 3 autres participations pour lesquelles j’ai réussi à « embarquer » d’autres cyclos du HAC dont Marie-Claude entre autre. En 2012, j’aspirai à de plus grands espaces et j’ai ainsi effectué le Pékin-Paris-Londres organisé par la FFCT, périple qui ne me laisse que bons souvenirs et de solides amitiés.

Depuis quelques années maintenant, nous venons plus fréquemment à Trégarvan, commune où est née Marie-Claude et où nous nous sommes mariés, et grâce à la complicité de notre facteur, Mich, nous sommes venus petit à petit au VS de la Presqu’île de Crozon et nous avons maintenant beaucoup de plaisir à côtoyer les différents adhérents du club lors des sorties et également en dehors.

Enfin, pour terminer, j’ai découvert il y a deux ans le triathlon grâce à mon fils Manuel. Nous avons effectué plusieurs triathlons découvertes en famille et ce fût un réel plaisir. Je me suis piqué au jeu et comme je suis incorrigible, j’espère pouvoir faire un Ironman d’ici mes 60 ans…

2 – Paris-Brest-Paris : Combien de participation ? Les temps réalisés sur les éditions précédentes ?

4 participations déjà, comme le temps passe…

En 1999, 59h36 de mémoire, en 2003, 47h03, en 2007, 47h14 et enfin, en 2011, 45h40.

3 – Quelle a été ta préparation pour l’édition 2015 ?

Je ne suis pas parti sur les bases de 2011 car je savais que je n’aurai pas été capable de reproduire la même préparation. Miguel, avec son « je compte sur toi » et l’émulation qui s’en ait suivi, m’avaient boosté…

Les étapes importantes de ma préparation 2015 ont été les suivantes :

-En 2014, le brevet de 200 à L’Hermitage et un brevet de 600 à Laval en juin.

-Pas d’arrêt de sport entre 2014 et 2015. Natation, course à pied, vélo durant l’été, le triathlon de Quiberon, format M, avec 2 copains du PPL 2012, en septembre. Toujours du vélo mais en quantité moindre ensuite. Novembre, décembre 2014 et janvier 2015, un entrainement soutenu et régulier en CàP pour préparer le 10Km de St-Grégoire en famille mi-janvier et qui m’a permis de ne pas prendre de poids l’hiver, et toujours du vélo même si au niveau musculaire ce n’était pas facile…

-A partir de mi-janvier 2015, du vélo de façon habituelle avec malheureusement moins de sortie seul faute de motivation. Arrêt de la CàP à cause de l’aspect musculaire et des risques importants de blessures, mais toujours de la natation en piscine car ce serait trop dur de reprendre (pis que pour le vélo dixit Sylvain). Au-delà de cela, la natation a, je crois, des aspects bénéfiques de détente et de contrôle de sa respiration.

-Les différents brevets obligatoires pour l’inscription au PBP.

-Une diagonale, Brest-Menton 1400 Km, effectuée seul fin mai.

-Deux diagonales, Strasbourg-Perpignan 940 Km, et Perpignan-Dunkerque, 1190 Km, effectuées mi-juillet avec un copain du PPL 2012, Christian Argoud de Hauterives (26).

-Une période de repos puis de récupération active avec le VSPC pour peaufiner notre préparation grâce aux sorties actives du club et des beaux circuits proposés avec de la dénivelé plus importante par rapport au bassin rennais.

-Au final, autant de km effectués (15700) qu’en 2011 à la fin juillet, mais des km de moins bonne qualité malheureusement malgré ce que j’aurai souhaité. Pas assez de rythme (moins de motivation), pas assez de courses cyclistes comparé à 2011, ce qui risque de me faire défaut cette année...

4 – Peux-tu nous parler de ton assistance ?

Les deux premières éditions, c’était Marie-Claude qui s’en était chargé, aidé en cela par un collègue de boulot et des amis du HAC Cyclos et également mon fils Jean-Lou. Ensuite, ce fut Loïc, mon frère, lors des deux éditions suivantes avec l’aide incomparable d’Olivier, un autre copain, sur le pointage stratégique de Vilaines La Juhel et en 2011, le « coup de main » de Laurent Roult sur la partie Bretagne sans oublier notre photographe/webmaster de mais aussi homme a tout faire, Patrick Moquet, tous deux du HAC Cyclos, qui en étaient ressortis très fatigués…A chaque fois, j’essaye d’avoir deux personnes pour que ce soit plus convivial, une qui connaît et l’autre qui découvre, mais surtout deux personnes pour une question de sécurité car pour les accompagnateurs, c’est loin d’être une promenade de santé… Des piges de Cathy et Jean-Paul, de Miguel, d’autres cyclos du club encore. L’idée étant de partager « une aventure », de transmettre éventuellement le virus, ça a marché pour Marie-Claude, Miguel, Loic…

Pour 2015, nouvelle équipe mais de vieux briscards, Laurent Roult et Ermis Miani, 2 gars du HAC Cyclos qui connaissent bien le vélo. Laurent est un habitué des ravitaillements, cf La Henri Marquer, mais c’est aussi un inventif face à des problèmes, cf le brevet déposé et présenté avec Guy lors d’une soirée du club pour pouvoir faire pipi sur le vélo sans s’arrêter. D’ailleurs, j’aurai peut-être l’occasion d’étrenner ce dispositif…Laurent sait, depuis sa première expérience en 2011, où il met les pieds. Ermis a quant à lui l’expérience des grands rendez-vous (cf les 2 Jours de Vendée) et connaît donc la gestion de la pression… De plus, c’est un mécano hors pair, capable de démonter et remonter un axe de roue à l’ancienne avec les petites billes, de rayonner une roue de vélo en 2 temps 3 mouvements lors d’un pointage… je compte sur eux pour être aux petits soins de ma personne et anticiper si possible mes attentes et mes défaillances, aussi bien physiques que morales… Une tâche d’une grande ampleur comme vous pouvez l’imaginer…

5 – Numéro de plaque de cadre pour le suivi :

 A-007…(Agent 007 ?).

6 – Quel est ton objectif pour ce PBParis 2015 ?

Après un tel investissement en temps lors d’une telle préparation, il faut se débrouiller pour ne pas en sortir déçu. Il faut positiver, j’ai également appris cela avec les éditions précédentes… Avant d’attaquer ce nouveau PBP, ma saison est d’ores et déjà réussie avec ces 3 diagonales effectuées. Maintenant, cela ne peut être que du bonus…

Réussir un PBParis, c’est déjà le boucler. En ayant 4 PBP à mon actif, je pense que c’est déjà respectable. Etre trop ambitieux m’expose forcément à un revers, j’ai beaucoup plus de chance de me louper que de réussir…

Compte tenu de ma préparation qui ne me satisfait pas complètement et d’un « manque de motivation » au moment où j’écris ces quelques lignes, du surement à un coup de mou suite à mes deux diagonales, les objectifs que je me suis fixés sont de suivre le groupe de tête le plus longtemps possible et de faire le parcours en moins de 50heures. Et si d’aventure, je termine avec Paul, un bon copain de club, comme j’avais pu le faire avec Miguel en 2011, ce serait parfait…

Dans tous les cas, je ferai le maximum pour porter haut les couleurs du VSPC sur les deux tronçons Carhaix-Brest et Brest-Carhaix entre autres et de faire plaisir à un maximum de nos supporters présents sur le bord des routes Finistériennes de ce PBP ou à défaut, derrière l’écran de leur ordinateur…

 

PARIS-BREST-PARIS 2015

Marie-Claude HERVE

Peux-tu nous parler de toi en quelques mots ?

J’ai  54 ans et suis née à Trégarvan dans le Finistère. Je suis mariée depuis 1982 avec Michel, j’ai deux garçons de 28 et 24 ans. Le sport tient une place importante dans ma vie et ceci depuis toute petite. J’ai pratiqué différents sports : l’Athlétisme, le handball, le football, la voile et le tennis avant de venir au vélo en 2001 au sein du HAC Cyclos. D’une pratique de 40 kms par semaine le samedi, j’ai rapidement pris le virus. Le déclencheur fut ma participation en 2001 au tour de Bretagne du HAC Cyclos.  J’ai enchainé sur les sorties du dimanche. J’ai  participé à des cyclosportives et courses Ufolep. C’est en 2007 que j’ai commencé à m’initier à la longue distance. Depuis 2013 lors de nos escapades dans le Finistère, nous pédalons Michel et moi avec beaucoup de plaisir en compagnie du VSP de Crozon.

Paris Brest Paris : Combien de participation et me donner les temps réalisés lors des éditions précédentes ?

2 participations 

2007 : Abandon à Tinténiac

2011 : Réalisé en 77h31

Quelle a été ta préparation pour l’édition 2015.

En 2014, le brevet de 200 km de L’Hermitage et le brevet de 600 km de Laval.

En 2015, bien sûr tous les brevets qualificatifs : deux 200 km (Bruz et l’Hermitage) le 300km et le 400 km de Pontivy et pour finir le 600 km de Brest. Des sorties club et des sorties seules tout au long de l’année. En Juin, 2 séjours d’une semaine avec la FFCT à Vaison La Romaine et à Ancelle près de Gap. En Juillet, trois flèches de l’ouest aller retour en solo (Lorient, La Baule et Cherbourg). Depuis fin juillet, je suis venu me reposer à Trégarvan et peaufiner ma préparation en participant aux sorties du VSPC sur de très beaux circuits avec de la dénivelé.

Globalement depuis mi janvier : 10 000 km.

Peux-tu nous parler de ton assistance ?

Dans un premier temps, j’avais sollicité Jean-Michel et Jacqueline Louesdon, des amis du club. Ils ont préféré décliner n’étant pas sûr d’être disponible dans la période.

Je me suis tournée vers Sylvain Duchemin adhérent du club mais avant tout triathlète et coureur à pied expérimenté habitué aux longues distances (Iron man, la diagonale des fous,…). Il m’a dit OK. Sylvain souhaitait participer au PBP cette année mais n’a pu poursuivre les brevets suite à une blessure.

Je sais que l’assistance n’est pas de tout repos puisque je l’ai assurée en 1999 et 2003 pour Michel. Mais c’est également très exaltant et c’est avec grand plaisir que je ferais équipe avec Sylvain.

Suivi des participants : Communiquer ton n° de dossard ou plaque de cadre ?

Plaque de cadre : A200, (belle Mercedes, belle mécanique !!!!) départ 16h00 le 16 août 2015

Quel est ton objectif pour ce PBP 2015 ?

Tout d’abord rentrer dans les délais impartis, c'est-à-dire en moins de 80 heures. Mon fil conducteur et objectif sera sur la base de 70 heures.

Ma participation au PBP c’est aussi une histoire de cœur, ayant vécu à Brest avec mes parents et également lors de mes débuts professionnels dans le service technique du groupe Rallye. Michel et moi habitions proche de la place de Strasbourg. En 1983, lors du PBP nous avions vu avec étonnement arrivés des vélos de Paris et avec encore plus de surprise les entendre dire qu’ils repartaient vers Paris ! Cela nous paraissait invraisemblable….

 C’est avec grand plaisir  que je franchirai le pont Albert Louppe pour voir BREST la Blanche, me restera à faire le retour vers la capitale………Je porterai fièrement les couleurs du VSP de Crozon sur les tronçons Carhaix Brest et Brest Carhaix en pensant aux efforts réalisés précédemment avec les adhérents du club.

 

Temps de références en 2011

 

Paris Brest Paris 2015

Commenter cet article